Le Parti Ecologique Ivoirien



MALGRE LA MORALISATION DE LA VIE PUBLIQUE Le DG d’une société d’Etat s’offre une voiture de 55 millions Fcfa


mardi 19 août 2008 - Par le Matin d'Abidjan
 


Route abimee

Le patron du fonds d’entretien routier vient de s’offrir un véhicule hors de prix au moment où cette société d’Etat a du mal à financer l’entretien routier. Il exige aussi d’énormes avantages sociaux.

Les caisses du Fonds d’entretien routier (FER) sont mises à rude contribution. Le directeur général de cette société d’Etat, Goth Philippe vient de s’offrir un véhicule hors de prix pour une entreprise qui a du mal à remplir ses obligations : la recherche de fonds pour les routes. De fait, un bon de commande du FER no 043-03-08/EP/-P mentionne une Toyota Land Cruiser Prado VX 120 VIP Man Code KZJ 120L. Le montant de ce 4X4 : 45 millions Cfa. Le même jour, un chèque BNI ‘’no de série 5792683’’ est émise par le Fonds et encaissé par Prestige Auto, le concessionnaire. Le document bancaire signé du directeur administratif et financier est visé par le DG. Seulement voilà. La voiture dont la livraison est exigée dès l’endossement du chèque n’est visible nulle part. Selon de nombreuses sources, la Toyota Land Cruiser n’est pas encore livrée depuis quatre mois et demi. Et pourtant, le bon de commande mentionne clairement que la livraison doit être «immédiate.» L’affaire fait grand bruit en ce moment au FER, sis au Plateau, Avenue Terrasson de Fougères. Aujourd’hui, des langues se délient, indiquant qu’il y a une rallonge de 10 millions Cfa que le fonds d’entretien doit payer à Prestige Auto. Ce qui porterait le montant de la Prado à 55 millions Fcfa, au moment où l’on parle de la moralisation de la vie publique. Et la disparition du véhicule suscite des interrogations. Au sein de la société, l’on se demande même si Goth Philippe et le concessionnaire ne se sucrent pas sur le dos de l’Etat. Un marché fictif, ça existe et des personnes sous cape franchissent le cap. En tout état de cause, l’achat de ce 4X4 pose problème. C’est que le FER, chargé de collecter les fonds dont se sert l’Ageroute pour l’entretien du réseau routier est en butte à des difficultés financières. Conséquence, des travaux comme ceux du Boulevard Nangui Abrogoua à Adjamé sont en attente depuis des lustres. Et c’est souvent que, comme c’est le cas sur ce tronçon, la Sotra a dévié le trajet de ses bus. Ce qui crée d’énormes préjudices aux usagers. Mais, le directeur général n’en a cure, alors qu’il reconnait que les financements manquent au FER. S’expliquant sur les difficultés liées à l’assainissement et qui gênent l’entretien de la voirie, Goth Philippe reconnait la pauvreté de la structure qu’il dirige. « C’est un élément qui gène forcement, compte tenu de la faiblesse des ressources », a-t-il soutenu dans Nord-Sud quotidien dans sa parution du jeudi 14 août 2008. Dans cette interview, Goth révèle d’ailleurs que le FER dispose d’une enveloppe d’environ 10 milliards Fcfa, là où, déplore-t-il, «pour un programme normal d’entretien, il faut 80 milliards Fcfa par an.» C’est donc sur ce seul milliard qu’il exige des indemnités et avantages sociaux de 2 800 000F CFA par mois. Et 1, 5 million pour le président du conseil d’administration. Ce, en dehors des véhicules de direction. Le directeur général réclame, entre autres, 1,3 million pour le logement, 300 000 (électricité), 250 000 (gardiennage), 300 000 (carburant), 300 000 (communication). Ce à quoi s’oppose le directeur administratif et financier de la société. Et les deux hommes sont à couteaux tirés, si l’on en juge par les échanges de correspondance. Le 25 juin 2008, le DAAF Fofana Siandou rejette les exigences de son D.G se référant à « un arrêt rendu par le tribunal et les délibérations du conseil d’administration, quand il s’est agi de statuer sur les traitements de l’ancienne directrice générale au moment de son départ. La note met Goth Philippe hors de lui. Le 14 aout, il répond au DAAF : « j’appelle votre attention sur le fait que contrairement à votre analyse, la décision du tribunal du Travail d’Abidjan-Plateau n’a eu aucun effet sur la nature et le montant des indemnités et avantages des mandataires sociaux (…) » Le DG ne s’arrête pas là. Il rappelle vertement à l’ordre Fofana Siandou qui veut l’avis du conseil d’administration. « Je tiens à rappeler que votre seul supérieur hiérarchique est le directeur général de la société. En cette qualité, je suis le seul interlocuteur entre le conseil d’administration et le personnel de la société dont vous faites partie», tance Goth Philippe avant d’inviter son subalterne à exécuter ses desiderata : «je vous instruis d’avoir à procéder, sans délai, au règlement des rémunérations des mandataires sociaux (…) et notamment au paiement des sommes suivantes.» Et le DG du FER d’énumérer les chapitres cités plus haut. Au sein de cette société, des cadres s’interrogent sur l’attitude de Goth qui, fait-on remarquer, est le directeur général intérimaire. De fait, le décret du président de la République qui doit le confirmer à ce poste n’est pas encore signé.

S.O

Source : lematindabidjan.com

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page