Le Parti Ecologique Ivoirien



Escorte CPCO de l’armée Des sous-officiers s’indignent : « C’est un racket protégé par la hiérarchie »



jeudi 12 juin 2008 - Par L'Inter


Début juin dernier, le chef d’Etat-major des armées, Philippe Mangou, a initié une caravane contre le racket et la corruption. ‘’ L’administration, c’est la colonne vertébrale de l’Etat. On ne doit pas utiliser l’administration pour s’enrichir sur le dos des usagers. Si tel est le cas, il n’y a plus d’Etat. Le président compte sur l’armée et l’administration pour mener sa politique’’, avait-il martelé avant de conduire cette caravane sur les différents postes de contrôle de l’autoroute du nord. Mais si cette mesure a été un véritable ouf de soulagement pour les usagers de la route et autres opérateurs économiques, régulièrement victimes de racket et de tracasseries routières, il faut cependant avouer que cet engagement ne rencontre pas l’assentiment de certains éléments des Forces de Défense et de Sécurité. En tout cas, un groupe de sous-officiers a adressé une correspondance à notre rédaction en dénonçant l’existence du Centre de Planification ‘’CPCO’’ à charge de délivrer le macaron CPCO. ‘’Cette autre structure dirigée de main de maître par l’armée en remplacement de l’Escorte Douanière et des services de l’OIC est-elle une structure étatique ? Les ressources financières qu’elle recueille sont-elles reversées dans les caisses de l’Etat ?’’ s’interrogent ces sous-officiers qui estiment que si la guerre a désorganisé la société ivoirienne, il convient de mettre fin aux activités du CPCO au moment où l’on engage la guerre contre le racket. Convaincus qu’ils sont que ‘’l’armée a pour mission la défense de l’intégrité du territoire et non de poursuivre les commerçants pour coller de faux papiers d’Escorte et convoyer des marchandises d’origine étrangère et prohibée en Côte d’Ivoire’’. Ces sous-officiers pour qui cette pratique s’apparente au racket de la hiérarchie, rappellent que la guerre est finie, et qu’il est temps que le CPCO arrête ses activités d’escorte au profit des services compétents de l’Etat. ‘’Selon certaines indiscrétions, les retombées du CPCO aideraient à payer des perdiems. Si tel est le cas, il n’y a plus de perdiem à payer ; alors nous demandons purement et simplement le retrait de cette structure de toute escorte. Sinon, il s’agira là d’un racket protégé’’, souligne la correspondance, non sans rappeler que la hiérarchie salit les sous-officiers pour mieux s’imposer. ‘’Quel est ce pays où l’on tient des séminaires sur une partie de l’armée pour vilipender ses hommes alors que de l’autre côté, la hiérarchie fait pousser des immeubles comme des petits champignons ?’’ se sont indignés ces sous-officiers qui font le serment de ne pas accepter cette humiliation (sic !).

G. DE GNAMIEN

 




Source : linter-ci.com

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France    FéPEV-RAO  

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page