Le Parti Ecologique Ivoirien



Côte d'Ivoire - Le Général Philippe Mangou dénonce la complicité des transporteurs dans l'attaque du 19 septembre 2002



mardi 03 juin 2008 - Par connexionivoirienne.net


Le General MANGOUAprès la sensibilisation, place à la répression. La lutte contre le racket et les tracasseries routières en Côte d'Ivoire est entrée dans sa phase de coertion ce lundi, 2 juin. La cérémonie officielle de lancement de cette opération «coup de poing» initiée par le chef d'Etat-major des Armées ivoiriennes (CEMA), le Général de Division (3 étoiles) Philippe Mangou, en vue d'extirper les «brebis galeuses» des rangs des Forces de défense et de sécurité (FDS), s'est déroulée au Corridor de Gesco, à Yopougon, à la sortie nord d'Abidjan.

Au cours de cette cérémonie, le Général Philippe Mangou a publiquement indexé la communauté des transporteurs de Côte d'Ivoire, dont certains acteurs se sont, selon le CEMA, rendus complices de la rébellion armée qui a tenté de renverser les institutions de la République, le 19 septembre 2002. «(...) Les Forces de l'ordre ont été instruites pour démasquer ceux d'entre vous qui seront de connivence avec les éternels déstabilisateurs des institutions de la République. Car, c'est justement au moment où plusieurs d'entre vous fustigeaient à cor et à cri le racket et réclamaient plus de fluidité routière que la Côte d'Ivoire a été nuitamment attaquée avec la complicité de certains d'entre vous. D'autres ont transporté des armes jusqu'à Abidjan. Ils sont nombreux ceux d'entre vous qui se sont mués en combattants dans la rébellion», a dénoncé le Chef d'Etat-major des Armées devant un parterre de personnalités. Parmi lesquelles se trouvaient les premiers responsables des associations et syndicats des transporteurs.

Aussi, après avoir invité les transporteurs à se «conformer aux règles en matière de transport des biens et des personnes en (se) procurant tous les documents exigés par l'administration ivoirienne», le Général Philippe Mangou a sévèrement mis en garde les contrevenant aux nouvelles dispositions. «Tous les transporteurs qui ne seront pas en règle verront leurs véhicules immobilisés et mis en fourrière (...), et nous serons impitoyables pour tous ceux (les transporteurs) qui se rendront coupables» de tentative de déstabilisation du régime d'Abidjan et de corruption des agents des FDS commis au contrôle routier.

Il est bon de souligner que le racket est un fléau qui gangrène l'économie ivoirienne. Plusieurs mesures ont été déjà prises pour juguler ce qui est devenu une «institution» ou la «norme» dans le milieu du transport, mais en vain. Espérons tout simplement que cette énième action engagée par la plus haute autorité de la hiérarchie militaire ne soit un autre coup d'épée dans l'eau... de la Lagune Ebrié !

Anassé Anassé

2anasse@connectionivoirienne.net




Source : connectionivoirienne.net

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France    FéPEV-RAO  

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page