Le Parti Ecologique Ivoirien




Edmond Edouard N'gouan, parti Ecologique Ivoirien  « Les jeux sont déjà faits pour ces élections »


Rejoignez-nous sur 

vendredi 18 décembre 2009 - Par Le Jour Plus


Edmond Edouard N'gouan, président du parti Ecologique Ivoirien (PEI), engagé pour le respect de l’égalité des chances des candidats à la présidentielle, explique la volte-face des écologistes, ivoiriens pour la course à la présidentielle. Pour « le Vert », les jeux sont « pipés d’avancent ».

Vous aviez annoncé votre participation à la présidentielle de sortie de crise. Qu'est-ce qui explique vote volte-face ? 

Pour ceux qui n’ont pas une vision réelle de l’égalité des droits et des chances, de la justice, de la transparence et de la démocratie vraie, pour eux, c’est une présidentielle de sortie de crise. Mais regardez ce qui se passe dans notre pays, la Constitution sur laquelle certains se basaient pour se maintenir au pouvoir, quand cela les arrangeait, est totalement bafouée. Tout est complaisance et dans des attitudes amicales et de non droit. Tout est mal fait, les chronogrammes non respectés. Tout se passe dans des connivences amicales. Et puis, pour aller aux élections, il faut donner l’égalité des chances à tous !  La télé est prise en otage par le candidat au pouvoir. Or elle doit être ouverte à tous pour mieux convaincre de son programme, le peuple, avec de vrais débats contradictoires qui permettent au peuple de se faire sa propre opinion. Déjà, tout cela est faussé. Ce n’est pas de cette façon, qu’un écologiste, avide de droit pourra s’épanouir. On va aux élections pour gagner, pas pour être conditionné à échouer. Parce que des barres sont mises pour empêcher l’égalité par des appropriations qui conditionnent l’échec.

Soyez plus clair…

Ceux qui sont appelés grands, avides de pouvoir ont pris le peuple et son pouvoir en otage. Ils se disent gagnants, nous croyons qu’il faille les laisser se dé patauger pour laisser, un d’entre eux gagner afin que le peuple retrouve sa quiétude. Et que la vraie transition pour la paix et la démocratie juste, se définisse avec les prochaines élections présidentielles après celles-ci. Oui, nous y serons parce que certains barons actuels seront hors jeux et le peuple, dans le calme mettra en place le véritable changement. Mais nous serons présents aux législatives et aux municipales. Sinon les jeux sont déjà faits pour ces élections. Un des trois doit gagner.

Doutiez-vous   de vos propositions pour la sortie de crise ? 

Non, nous ne doutons de rien, simplement que nous savons que les paramètres mis en place dans le désordre, la non égalité des chances, ne nous avantageraient pas. On peut être utile au pays de plusieurs façons, il n’y a pas que par ces présidentielles présentes là ! Montrer son savoir-faire dans la gestion d’une ville ou commune, c’est montrer au peuple sa capacité à gérer un pays. Nous voulons convaincre le peuple par la gestion d’une ville ou commune pour mieux lui faire comprendre que, pour les futures élections présidentielles après celle-ci, c’est nous écologistes ou du moins moi, qu’il faudra comme président de la république ivoirienne.

Quel plan proposez-vous aux Ivoiriens pour leur épanouissement ?

Une nouvelle transition non composée des dirigeants et opposants fanfarons qui se sont succédé après le grand Félix Houphouët. Ils n’ont connu que des échecs. Ils n’ont tous pensé qu’à détourner les fonds publics, les donations internationales. Et aussi à distribuer les deniers publics à leur amis.  Je dis alors que le peuple est lui-même responsable. Il est toujours à courir après et à voter pour ceux là qui l’ont mis dans la merde. Nous accusons toujours le français or nous sommes responsables de ce désordre il faut faire d’autres choix. Voilà pourquoi nous disons que la vraie transition, ce n’est pas ces élections présidentielles-ci, mais celles qu’il y aura dans les cinq ans après.

Que pensez-vous du report de la présidentielle?

Nous avons mis neuf ans à attendre. Pour quoi ne pas patienter encore quelques petits mois pour que l’ordre soit bien établi pour que personne ne se plaigne et que tout coule comme une source pour éviter encore les palabres. Qui dit qu’aller dans le désordre aux élections est ce qui apportera paix et quiétude ? Reste t-on dans le sale pour se rendre propre ? On ne ferra que se salir d’avantage. Non ! On rend d’abord l’endroit propre afin de l’utiliser pour se rendre propre. Le peuple n’est pas aussi naïf qu’on le croit. Il comprend. Il suffit de lui expliquer.

Pensez-vous que l'opposition dont vous faite partie  est capable de « chasser » Laurent Gbagbo du pouvoir?

A l’exception de la nouvelle galerie dont est membre le Parti Ecologique Ivoirien, qui refuse de se compromettre avec le régime actuel, le reste n’est qu’une opposition rigolote. Elle est comptable de la gestion de Laurent Gbagbo et comptable de ce qui est arrivé au pays. Donc de la misère du peuple !

En tant que leader du Parti Ecologique Ivoirien, quel est votre regard sur le sommet de Copenhague?

Je ne peux que l’approuver. Nous somme entrain de mettre la terre en danger, donc la destruction de tout ce qui y vit. Avec le réchauffement climatique dû à la pollution, à la déforestation, à la destruction de ce qui fait l’équilibre de la vie sur terre et de la terre elle-même, il fallait une prise de conscience générale. L’écologie aujourd’hui concerne tout le monde.

 

Entretien réalisé par Hervé Makré

Source : Le Jour Plus

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page