Le Parti Ecologique Ivoirien



Compte rendu sur la participation du P.E.I au 11ème Council Meeting d’EGP (Parti Vert Européen) à Malmö  en Suède Du 16 au 18 octobre 2009



EGP Malmö - 16-18 octobre 2009 - par P.E.I


 Arrivé tard, la veille à Malmö, nous avons rejoint le lieu de la rencontre qui était l’Université de Malmö, le 16 octobre 2009, à 10 heures 30. Nous avons été aussitôt dirigés dans la salle du premier programme, celle concernant le Global Green. Depuis notre arrivé dans la salle à 10 h 35, la rencontre s’est achevée à 14 heures où nous sommes allés dans le restaurant de l’université pour le déjeuné.


Etaient présents :

Plusieurs personnalités dont le Secrétaire Général du Parti Vert Européen, monsieur Juan Behrend qui cherchant la salle, est monté avec moi. Il est resté quelques instemps, le temps d’une intervention puis, il s'en est retourné à d’autres organisations électives.

Monsieur Johan Hamels, le Trésorier d’EGP

Madame Catherine Grèze, députée européenne

Madame Eva Goës de la Suède

Monsieur Constantin Fedorovsky des Verts de France

Monsieur Jean Rossiaud des Verts suisse

Monsieur Didier Coeurnelle d’Ecolo Belgique

Et bien d’autres personnalités vertes du Brésil, de la  Croatie, du Danemark, de l’Autriche, de la Suède, du Portugal, de la Slovénie etc.

 

Pour  l’Afrique, étaient présents :

Edmond Edouard N’GOUAN du Parti Ecologique Ivoirien

 Mulki Abdi Sirat KENYA Kenya Young Greens

Victor Odhiambo Omondi KENYA Kenya Young Greens

Hassan Said Adan KENYA Kenya Young Greens

 

Pour  l’Afrique, étaient invités et absents :

 
 Habineza Franck RWANDA Democratic Green Party of Rwanda  et surtout les Malgaches qui étaient très attendus.

 

La rencontre de Global Green.

Dès ma rentrée dans la salle, le débat était sur les difficultés que rencontraient plusieurs pays, dont ceux de l’Amérique Latine, (le Brésil, le Mexique etc.) et de l’Afrique, dans leurs organisations, les fonctionnements et les mésententes.

Madame la députée européenne Catherine Grèze des Verts de France était la modératrice. Elle était accompagnée dans la modération par le monsieur Johan Hamels, le Trésorier du EGP et par monsieur Constantin Fedorovsky des Verts de France.

 

Concernant l’Afrique,

- Madame Eva Goës de la Suède à dit qu’Adamou Garba du Niger à fait du bon travail en allant en Afrique centrale pour rassembler les verts de la région et les pousser à l’Union et qu’elle avait financé le transport de Ram et de certains pour venir suivre des réunions en Suède.

-Une personne dans la salle dont je n’ai pu identifier à pris la parole pour dire que ce n’est pas des individus qu’il faut soutenir, ce qui envoie des rivalités, crée des notoriétés et fausse les organisations, mais c’est avec l’ensemble des personnes d’une organisation qu’il faut travailler.

- Monsieur Constantin Fédorovski des Verts de France pris la parole pour dire en résumé, qu’il fallait savoir avec qui travailler, et que les verts ne soutenaient pas les partis dictateurs ou proches des dictateurs et qu’en envoyant Adamou Garba du Niger travailler avec les dictateurs c’était ne pas respecter les idées vertes.

- Monsieur Johan Hamels, le trésorier d’EGP prit la parole pour dire que les africains créent des fédérations, juste, pour se faire payer des billets pour voyager. Les fédérations africaines n’étaient pas fonctionnelles, les textes non respectés, qu’ils ne s’organisaient pas, les amis dominaient et qu’aucun acte n'était posé et que ce n’était pas encouragent.

Dopé  par ces convictions qui se rapprochaient de la mienne, je pris la parole pour dire : Que nous créons des fédérations pour agir, mais aussitôt un groupe d’amis en sortait pour s’en approprier, sans respecter les textes, et lors qu’il y a des voyages a payer pour assister à une organisation européenne ou mondiale ou qu’il allait se rencontrer, le groupe d’amis se foutait  des textes, un, toujours le même, il survole les ayants droits, il prend les prérogatives sans qu’aucun mandat ne lui soit attribué par le fonctionnel, il se donne le mandat, puis avec ses amis, ils se distribuent non, à égalité avec les autres, les possibilités de voyages payés, tout en isolant ceux, qu’ils ont décidés d’isoler. Quand on parle d’argent, net, ils surgissent. Vous voyez toujours les mêmes venir avec leur consortium, vous les connaissez maintenant.

J’ai ajouté que si nous ne savons pas respecter les Statuts qui nous conditionnent et qui nous unissent, si nous travaillons de façon non statutaire, ce n’est plus une organisation, ni une unité. Une organisation fait sur un an, et pour l’année à suivre, des projets, puis elle vote un budget  pour accompagner le projet et les postes du projet avec une réserve pour soutenir d’autres organisations ou se prémunir des inattendus. Le budget voté, les membres ensuite cotisent et chacun va vers ses alliés pour aussi demander du soutien en financement pour boucler le budget. N’est-ce pas comme ça que travaille toute organisation ? Si nous avions agi ainsi, notre organisation aurait été très active. Je demanderais aux Verts mondiaux de former plutôt ces personnes qui disent connaître, qui construisent et tuent toujours l’organisation, parce qu’ils en ont créées plusieurs et aucune n’a été fonctionnelle, et tout disparaît toujours. Nous aider passe par la formation sur la gestion statutaire et d’un organisme. Quand moi je le propose et le dis, je suis soit taxé de mauvais ou je suis rejeté, alors qu’avec vous, ils comprendront. 

Toute la réunion s’est faite en Anglais. Bien que je savais peut-être pas trop, mais un peu bien le parler, je le comprenais tout de même parfaitement, j’ai préféré parler en Français, et madame la députée européenne Catherine Grèze l’a traduite dans un respect total des mots et des phrases, ce qui m’a enchanté.

La réunion de global green terminée, alors que nous étions assis sur la même table à déjeuner, Monsieur Constantin Fédérovski dit : Qu’elle est cette organisation qui ne fait que se congratuler. Et je répondis, que pour un oui ou non, ils s’envoyaient des congratulations alors qu’aucun acte véritable dans le travail d’une organisation n’était posé. Le réseau qui devait servir à envoyer les résultats des travaux et résolutions aux membres et partenaires était devenu leur bureau. Cotiser, cotiser pour quoi ? Pour qu’un se lève et sans que ce soit statutairement prévu, pour dire on a fait ce ci ou cela avec ! Je ne les connaissais pas bien, je ne peux continuer dans ce groupe. Le mieux est de se créer des partenariats propres à notre parti et de travailler de façon qui valorise notre parti que de s’humilier. Il y a des hauts diplômés et savants qui ne poussent qu’au désordre et montre un manque cruel de savoir faire, Ce sont les diplômés à l’AFRICAINE.  Les textes sont faits pour être appliqués et non pour dire que le droit s’interprète à plusieurs façons. L’Afrique fait honte et nous ne sommes pas prêts à créer une véritable organisation, surtout que les possibilités de réussite sont prises par ceux là qui empêchent les réussites et empêchent les infiltrations.

Maintenant, ils rejettent  l’organisation et ne s’y attellent plus pour aller là où on leur paye des billets et ils répondent aux francophones en anglais alors que les anglais répondent aux francophones en anglais.

Cet après midi là, j’ai assisté monsieur Constantin Fédorovski dans la rédaction de la déclaration Ali Bongo investi président du Gabon. En fait il me dictait le texte qu’il avait déjà manuscrit pour le député européen Jérôme Gleizes que je tapais sur mon ordinateur afin de le lui expédier par mail.

De 19 heures à 21 heures, nous avons suivi les débats, suivis de questions réponses dont le modérateur était le député Européen Philippe Lamberts co-animés avec Mesdames Ulrike LUNACEK, Maria WETTERSTRAND, Rebecca HARMS Cécile DUFLOT et monsieur Lari PIKÄ KANGAS.

A 21 heures, nous avons tous dîné dans le restaurant de l’Université puis nous sommes tous entrés à l’Hôtel.

Le samedi 17 octobre 2009

J’ai passé la matinée à suivre et les rencontres pour le compte du Parti Ecologique Ivoirien, certaines personnalités vertes et les débats de campagne des candidats pour le poste de Secrétaires Général et des différents postes du bureau du Parti Vert Européens. Les rumeurs courant que le Trésorier, monsieur Johan Hamels ne se représenterait plus.

Claire Mandouze, Consultante, ancienne fonctionnaire européenne et chargée des dossiers Afrique Membre du Conseil de la Fondation Charles Léopold Mayer qui m’avait déjà invité à diner à Bruxelles venait d’arriver. Dès qu’elle m’aperçu, elle me dit qu’il fallait qu’on discute après la manifestation à Copenhague sur le Parti Ecologique Ivoirien, sur tout ce que j’avais fait depuis notre dernière rencontre et sur la FéPEV-RAO. Comme j’avais rendez-vous avec le quotidien Ivorian.net installé à Malmö, pour une interview et écrit et télévisé, je dus partir.

 

Le dimanche 18 octobre 2009

Ce dimanche, dernier jour de la rencontre, beaucoup de leaders étaient absents, ils avaient rejoint la veille, leur pays respectif laissant sur place, les délégués pour voter les résolutions.

Les non votants étaient à rédiger des rapports au restaurant. C’était pour nous l’occasion d’approcher les uns et les autres pour et d’exprimer nos attentes, raffermir les relations non seulement avec EGP, mais avec leur parti politique respectif et le Parti Ecologique Ivoirien. Ma mère m’avait dit : « Raffermir les relations, se faire accepter et être considéré, c’est ne pas attendre que les autres viennent vers soit, c’est aller ver eux, partager avec eux, ce qu’ils font, ainsi, ils s’ouvrent à toi. Ce n’est non plus pas attendre toujours d’eux, parce qu’ils ont le plus à donner, c’est trouver la stratégie qui fasse que le rapport soit donnant, donnant. Ce même rapport devient plus fraternel et plus valorisé. » Ainsi, nous proposons à chacun, de pousser à l’adhésion de nos membres de double nationalité à adhérer dans les verts du pays résidence, de travailler et de valoriser le parti vert du pays de résidence et aussi, le Parti Ecologique Ivoirien, parce que nous sommes le même réseau et menons le même combat. Nous avons décidé, comme nous l’avons fait à Bordeaux et dans certaines villes françaises, des conférences avec le soutien des Verts de chaque pays ou nous appellerons les africains et originaires de nos pays, à non seulement adhérer au Parti Ecologique Ivoirien, mais à faire pareillement avec les Verts du pays de résidence. Je le mentionne ici pour que chaque parti Vert africain puisse suivre le même exemple.

Ainsi deux ivoiriens résidents à Malmö en Suède, ont été mis en contact avec la responsable des Verts de Malmö, rendez-vous a été pris pour leur adhésion.

La majorité des délégués leaders ont décidé de nous inviter pour bientôt dans leur pays. Monsieur Jean Rossiaud, membre du Grand Conseil des Verts suisse en remplacement de Ueli Leuenberger élu président des verts suisses, sociologue à l'Université de Genève, politicien engagé dans le mouvement altermondialiste, à dit que ce sera fait dans les plus brefs délais.

Juste après monsieur Rossiaud, ce fut monsieur Hans qui vint vers moi pour me dire qu’il paraîtrait qu’une réunion aurait lieu à Cotonou concernant les africains. Je lui répondis que je n'étais pas au courant. Il m’a demandé si j’y serais et je lui répondis que je ne vais jamais là où je ne suis pas invité et que je ne cours pas de réunion figurative en réunions figuratives, juste pour montrer que j’agis alors que dans mon pays par exemple, mon parti serait inexistant pour motif d’inactivité sur place. Je lui dis que nous voulons bien nous implanter, être bien organisé, avoir beaucoup de militants et un bureau bien actif, respectant nos textes. Ce serait après cela que nous chercherons à nous faire voir.

Monsieur Hans qui était en compagnie d’une collaboratrice et dont j’ai oublié de quel pays, ils étaient originaires, me dit qu’il avait lu le procès verbal d’un de nos responsables qui avait parcouru l’Afrique pour rassembler.

Je lui répondis qu’en Afrique, un Parti Vert n’existant pas, étant moi-même le Secrétaire Général de la FéPEV-RAO, mon responsable direct était monsieur Ali Haïdar du Sénégal. Que je n’étais aucunement au courant d’aucun procès verbal quelconque. Et que de toute façon, rien n’était respecté dans l’organisation qui ne fonctionnait pas de façon stature et que celui qui voulait une notoriété se levait et s’adjugeait un droit.

Etonné, il fronça les sourcils, il se tient le bout du nez avec le pouce et l’indexe de la main droite et lorsqu’il laissa tomber la main le long du corps, il dit que ce n’est pas normal, que les africains n’aient pas le procès verbal et que ce soit les occidentaux qui le reçoivent alors que ce devrait être fait en priorité et en premier pour informer les africains. J’ai dit que c’était comme cela. En fait, ils n’oeuvrent que pour leur personne, pour qu’on dise qu’ils travaillent. Ils seront tous à envoyer des courriers pour dire, j’ai fais ceci, j’ai fais cela, quand ils sauront que je suis là. Si je me plaints, je suis isolé, indexé, traité de mauvais par un groupe d’amis, dont un super savant vivant au Sénégal, mais que ce n’était pas le président Haïdar qui est un homme respectable et discret. C’est le savant qui se dit savant, mais qui dans la réalité fou du désordre par sa façon de faire. Il me dit qu’il faut que l’Afrique s’organise. Je lui répondis comment ? Quand des personnes bouchent le devant et empêchent ainsi les constructeurs véritables de prendre la place ! Je lui dis que plutôt de contribuer à diviser en Afrique par des prises de positions qui ne pourra vraiment quel que soit le temps, de permettre une véritable organisation d’éclore, ce qu’il faut, c’est former les leaders sur ce que c’est que le statutaire, les ayants droits selon les statures et une véritable formation sur la gestion d’une organisation. Je lui dis, regarder votre réunion, n’ont la parole et n’agissent, que les ayants droits.

Je lui ai cité une anecdote de la veille. Monsieur Jean Rossiaud de la Suisse, est venu pour faire signer un document à monsieur Constantin Fédorovki des Verts de France. Celui-ci lui répondit qu’il n’avait pas habilité tant que Ses responsables hiérarchiques étaient présents. Voilà, c’était le respect du statutaire, de l’ordre et de la hiérarchie. Chez nous, pour se faire voir pour une simple volonté de notoriété et de paraître, le subalterne l’aurait signé. Monsieur Hans a souri, puis il s’en est allé tout en me disant à bientôt.

J’étais installé à rédiger ce rapport en compagnie d’Hermann EHUI, un ivoirien installé à Malmö quand nous avons vue madame Claire Mandouze s’approcher de nous. Elle s’est installée et nous avons commencé à converser.

Comme tous, elle m’a demandé comment allait le Parti Ecologique Ivoirien, depuis qu’on ne s’était pas vu et la fédération mise en place. Il faut signaler que lorsque nous recherchions du financement et pour le Parti et pour la fédération, nous l’avons, en Compagnie de Pascale Toussaint de la Belgique, rencontrée à Bruxelles.

Je lui ai répondu que pour le Parti Ecologique Ivoirien, que cela allait, que j’étais là pour conforter pour ce même parti, les relations avec les partenaires et demander leur soutien. Mais que pour la fédération, c’était la rivalité, les notoriétés et la jalousie à l’intérieure qui sévissaient. Plutôt de construire ensemble, c’est plutôt de la jalousie qui est émise. La fédération est là pour fédérer tout le monde, soutenir les travaux des uns, encourager et permettre l’éclosion des actes posés par chaque parti membre et ensemble, mener des actions communes. Pour la transparence, je les informais des travaux que je réalisais pour mon parti en vue des élections en Côte d’Ivoire. Plutôt que de me soutenir, ce qui est le but de la fédération, ce fut la jalousie qui s’était fait ressortir. Je lui ai dit de demander aux autres, ils lui répondront quand dans les échanges qui leur parvenaient, ils le ressentaient.

La fédération pour d’autres est créée comme l’a souligné monsieur Huan Amels le premier jour, à la réunion de global green, juste pour avoir l’occasion d’avoir des billets payés pour voyager, non pour être actif dans l’intérêt des membres. Quand il s’agit de voyager, il y a en qui se donnent toutes les prérogatives de négociateurs par apport aux ayant droits. Ils se nomment qui doit avoir les billets payés et qui n’a pas le droit. J’ai toujours payé mes billets par moi-même pour, partout ou je suis passé. Plutôt que de mettre la parité par pays, ils se désignaient par famille, des billets payés. Il y a ceux mêmes qui n’attendent et ne vivent que pour cela. Voilà. C’est avec le temps qu’il faut juger. Observez dans les années à venir, vous saurez voir ceux qui ont évolué dans leur pays, les attitudes des uns et des autres et vous comprendrez qui, réellement il faut soutenir réellement pour faire avancer l’écologie vraie et non plus l’accompagnement avec les titres et la notoriété de non valeur.

Madame Claire Mandouze m’a promis de voir dans son organisation, comment faire pour que les partis politiques soient soutenus afin d’aider le Parti Ecologique Ivoirien.

J’ai tenu pour la transparence à transcrire exactement les discutions sur l’Afrique pour que nos militants, les partenaires et autres amis puissent connaître ce qui a été dit, durant toute la rencontre concernant les échanges j’ai émis avec certains participants.

Dans la généralité, la rencontre a été très riche en échanges divers et de volonté de soutien politique au Parti Ecologique Ivoirien.

 

Fais à Malmö Suède

Le 18 octobre 2009

 

Pour le Parti Ecologique Ivoirien

Le président

Edmond Edouard N’GOUAN

Source : P.E.I

La délégation française a participé à l’action Climate Flag autour de la Petite Sirène de Copenhague. La députée européenne Catherine Grèze représentait les eurodéputés écologistes français.

Outre un bilan européen des dernière élections et l’adoption de différents textes, l’un des enjeux majeurs de ce conseil du PVE était le renouvellement de son exécutif et notamment l’élection d’un ou d’une nouvelle secrétaire générale : il s’agit de la néerlandaise Jacqueline Cremers. Notons également que le Français Stéphane Sitbon-Gomez a été élu membre de l’Executive Committee.

Les nouveaux porte-parole sont l’italienne Monica Frassoni et le belge Philippe Lamberts.

La trésorière nouvellement élue est la suédoise Lena Lindström.

Les autres membres du comité exécutif sont : Stéphane Sitbon-Gomez (France), Alexey Kozlof (Russie), Annalena Bärbock (Allemagne), Steve Emott (Britannique) et Monika Vana (Autriche).


Source : lesverts.fr

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page