Le parti Ecologique Ivoirien


Energies classiques et renouvelables - Transports 1ère Conférence Nationale du Rail et mobilité durable 

 Recevoir la Newsletter de l'environnement 
05/10/2007 19:30 (Par Pierre MELQUIOT)

1ère Conférence Nationale du Rail et mobilité durable1ère Conférence Nationale du Rail et mobilité durable

Michel Destot souligne la place du rail pour une mobilité durable et présente le "plan de relance" du GART pour le transport public. Michel Destot est intervenu à la 1e Conférence Nationale du Rail, le 4 octobre,  organisée par l'association Avenir Rail. Pour accompagner nos concitoyens qui sont désormais prêts à changer de comportement de mobilité, il est indispensable de mettre à leur disposition une offre alternative de qualité. Le financement d'un "plan de relance du transport public", proposé par Michel DESTOT, n'est pas une utopie.

 

Fort de ces propositions reprises dans la synthèse du groupe Changement climatique du "Grenelle de l'environnement" et chiffres à l'appui grâce à la mission d'évaluation confiée au GART par Jean-Louis Borloo, Michel Destot plaide, plus que jamais, l'urgence "mobilité durable".


En introduction de la table ronde intitulée « Quelles politiques pour une mobilité durable ? Les leviers pour agir, les moyens du volontarisme», Michel Destot à rappeler le rôle du transport public et notamment le ferroviaire sur le plan économique en favorisant la compétitivité des territoires, en termes de solidarité en apportant une réponse adaptée au développement du périurbain et sur le plan environnemental en émettant  très peu de gaz à effet de serre (GES) et de polluants atmosphériques.

 

Michel Destot a également présenté les propositions du GART au "Grenelle de l’environnement", reprises dans la synthèse finale soumise au débat citoyen : un plan ambitieux de développement des transports collectifs et l’extension des compétences des autorités organisatrices de transport afin qu’elles deviennent des autorités organisatrices de la mobilité durable.

 

Jean-Louis Borloo a confié une mission au président du GART sur l'évaluation des investissements nécessaires pour réduire les émissions de GES des transports urbains et périurbains de 20% à horizon 2020. A ce propos, Michel Destot a précisé : "Les besoins des collectivités ont été chiffrés par le GART à 43,5 milliards d’€ d’investissements, hors les investissements nécessaires à la régénération du réseau ferré national".

 

Concernant le financement d’une telle dépense, il a également ajouté : "Il est impératif que les nouvelles taxes qui seraient décidées sur l’usage de la voiture ou des camions soient affectées aux solutions alternatives (…). Il est également nécessaire d’entrer dans un cercle vertueux en donnant aux collectivités la possibilité d’instaurer des péages sur voiries et de disposer de leviers tel le stationnement payant de surface dont nous demandons la décentralisation et la dépénalisation pour mettre en œuvre les plans de déplacements urbains".

 

Michel Destot précise que « nous ne manquons pas d’idées, la régionalisation des services ferroviaires a d’ailleurs montré que les collectivités territoriales peuvent changer la donne ».



Voir aussi :
 - Première vente test d’un mélange d’essence et l’éthanol dans les stations services au Japon
 
La compagnie E.ON investit dans le marché américain des énergies renouvelables



Source : actualites-news-environnement.com


Les Verts D'Europe      Le logo des Verts Mondiaux    verts au parlement europeen   Le logo des verts de France  FéPEV-RAO          

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page