Le Parti Ecologique Ivoirien



Dégradation de L’ENVIRONNEMENT Alassane Ouattara propose un Grenelle à l’ivoirienne

jeudi 05 juin 2008 - Par Le Patriote


  Alassane D. OUATTARA
A l’initiative de l’Assemblée Générale des Nations Unies, désormais le 5 Juin est décrété journée mondiale de l’environnement.
Il ne s’agit pas d’une célébration de plus, sans grand intérêt. Tout au contraire, cette journée témoigne de la place de plus en plus importante de l’environnement dans les préoccupations du monde d’aujourd’hui et nous rappelle nos droits et nos devoirs à l’égard de l’environnement.
Au fil des années, la protection de l’environnement est apparue comme une nécessité qui s’impose à tous les pays, qu’ils soient industrialisés ou pauvres.
A cet égard, il est réconfortant de constater que certaines convictions qui étaient ancrées dans nombre de nos sociétés n’ont aucune pertinence.
En effet, il est inconscient de croire que l’homme peut disposer de la terre comme il l’entend et en jouir inconsidérément sans que cela ne mette en danger notre survie.
Il est également faux de laisser penser que les ressources naturelles sont inépuisables.
Tout au contraire, il est désormais admis que la diversité de la vie et la richesse de notre planète sont de plus en plus menacées avec la disparition de nombreuses espèces animales et végétales, la destruction d’espaces naturels et la baisse des ressources halieutiques.
Dans les pays africains, les menaces qui pèsent sur l’écologie sont d’autant plus inquiétantes que nous avons du mal à changer notre rapport à la nature, généralement par inconscience et par aveuglement.
Cette journée vise donc à susciter une prise de conscience et à nous conduire à agir avec plus de détermination en faveur d’un environnement sain pour les futures générations.
Cette année, l’accent est mis plus particulièrement sur le réchauffement climatique, phénomène alarmant, s’il en est.
D’après les scientifiques, nous assisterons dans les dix prochaines années à un bouleversement d’une ampleur insoupçonnée. La température augmenterait de 2 à 6 degrés.
Engendré par les émissions de gaz carbonique dans l’atmosphère, le réchauffement climatique s’illustre par des cyclones, par l’envahissement des côtes par les eaux avec son cortège de victimes et de destruction.
La Côte d’Ivoire n’est pas à l’abri de ce changement climatique avec le phénomène de la désertification dû à une exploitation abusive de nos forêts et les abattages sauvages des arbres ces dernières années dans le Centre et le Nord du pays.
A titre d’exemple : de 13 millions d’hectares en 1960, la couverture forestière ne représente plus que 6 millions d’hectares.
Outre la menace d’une disparition, à brève échéance, de nos forêts, notre pays doit faire face à des problèmes tout aussi graves : la dégradation de notre cadre de vie qui résulte des rejets industriels, des eaux usées, du non ramassage des ordures ménagères dans les villes sans parler de la pollution provoquée par le déversement des déchets toxiques en Août 2006 dans l’agglomération de la ville d’Abidjan. Cette pollution a entraîné la contamination des populations et provoqué la mort de nombreuses personnes.
Le RDR estime qu’il est urgent de trouver des réponses appropriées aux nombreux défis auxquels la Côte d’Ivoire est confrontée en matière d’environnement.
Aussi, ai-je inscrit dans mon projet pour notre pays l’impératif écologique comme l’une des priorités.
Pendant la campagne pour l’élection présidentielle, j’expliquerai pourquoi l’écologie est un enjeu fondamental en même temps que j’indiquerai la voie à suivre en déclinant la politique que je mettrai en œuvre si les Ivoiriens portent leurs suffrages sur ma personne.
En attendant, je voudrais ici, sans entrer dans les détails, livrer quelques idées qui m’apparaissent primordiales. Si nous voulons relever le défi environnemental, plusieurs directions peuvent être privilégiées :
- Organiser une concertation à l’échelle nationale pour débattre des mesures à prendre pour mieux protéger l’environnement.
- Instaurer une véritable culture de l’environnement qui, à mes yeux, est indissociable d’une éducation civique digne de ce nom.
- Promouvoir un nouveau mode de développement, un développement en cohérence avec la nécessité d’un plus grand respect de l’environnement.
Ce qui impliquera inéluctablement une transformation radicale de nos modes de production et de consommation et un changement de notre rapport à la nature.
-Sanctionner plus sévèrement en appliquant les lois en vigueur, pour éviter la répétition de la pollution à grande échelle que nous avons connue avec le scandale des déchets toxiques.
Je demeure convaincu que seule la mobilisation de tous les Ivoiriens quelle que soit leur appartenance idéologique permettra d’inverser la tendance et de nous prémunir d’une catastrophe.
Les problèmes d’environnement nous concernent tous. Réveillons-nous et agissons tous ensemble dans l’intérêt général et pour l’avenir des futures générations.

Dr Alassane D. OUATTARA
Ancien Premier Ministre
Président du RDR




Source : ivorian.net

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France    FéPEV-RAO  

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page