Le Parti Ecologique Ivoirien



Déchets toxiques  :  de plus en plus de bébés-monstres dans nos maternités




 mercredi 3 septembre 2008 - Par Le Jour
 


déchets toxiques
La famille Traoré à Yopougon a le sommeil troublé depuis, jeudi dernier à la naissance de leur deuxième enfant. Qui est venu au monde sans main gauche, ni plante des pieds et autres malformations étranges . Le père paie le lourd tribut de la contiguïté de son entreprise à un site à moitié dépollué de déchets toxiques déversés à Abidjan , il y a deux ans. La mère est affolée devant cette progéniture bizarre que le couple n’ose présenter devant personne.

« Que ceux qui ont déversé les déchets toxiques prennent cet enfant en charge. Nous n’avons pas les moyens de la prise en charge de cet enfant qui sera un éternel assisté. » M.Traoré Drissa, employé à la zone industrielle de vridi Abidjan, est complètement abattu devant son nouveau bébé qu’il a du mal à accepter depuis sa naissance, jeudi dernier dans une clinique de Yopougon. Comment présenter aux parents et amis ce bout de chou sans pouce gauche, ni pied droit, doté d’un crâne malléable ,d’une jambe gondolée s’interrogent sans cesse M. Traoré et son épouse Koné Korotoum. Pourtant, rien ne présageait de telle surprise. « J’ai constamment fait les examens prénataux ( elle présente les documents médicaux) . Je suis allée même faire l’échographie dans une clinique au Plateau où j’ai pu admirer l’enfant et son sexe masculin » . Explique Mme Traoré, le regard hagard. Elle observe à longueur de journée son nouveau- né sans comprendre ce qui leur arrive. Son mari regrette la contiguïté de son entreprise employeur de vridi à un site de déversement des déchets toxiques où son épouse lui rendait visite pendant sa grossesse. « Mon entreprise est attenante à un site de déversement des déchets toxiques. Les travaux de dépollution ont été stopés on ne sait trop pourquoi depuis. Nous sommes obligés de travailler avec des masques tant l’odeur des déchets est forte surtout lorsqu’il pleut ou il fait extrêmement chaud. Nous avons été contraints de changer d’entrée principale de la boite. » explique le père de l’enfant malformé. On perçoit sur la tête de M Traoré, les effets des déchets toxiques qui lui ont donné une calvitie artificielle. Le contraignant de se raser chaque semaine la chevelure.Il est membre du collectif des victimes des déchets toxiques de vridi qui ont commis un avocat afin de faire valoir leurs droits . Pour ce qui est de son dernier né,il ne sait ou trouver les moyens pour passer les premiers examens qui doivent les rassurer ou non de la survie de l’enfant. Les médecins déjà lui recommandent cinq radios ( du cœur,de la colonne vertébrale, du poumon et de la tête) qui coûterait environ 150000fcfa. « Je ne peux pas. » tranche M. Traoré. Ses vœux les plus chers sont la dépollution complète du site de vridi et la prise en charge totale de son enfant. Le couple Traoré a déjà une fillette de trois ans. qui ne présente aucune anomalie.

Abou Traoré

Source : abidjan.net

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page