Le parti Ecologique Ivoirien




Abidjan.net > Actualités > Fraternité Matin

Catastrophe : La mer fait des sans abri à Port-Bouet


jeudi 16 août 2007 - Par Fraternité Matin

Les habitants du quartier Phare ont vécu un mini-tsunami dans la nuit de dimanche à lundi. Les eaux ont détruit plusieurs habitations.
Le lundi 13 août aux environs de 5 heures du matin, nous avons constaté que la mer avançait dangereusement. Le sable qui formait une sorte de barrière a été emporté par la mer. Notre maison a commencé à s’effondrer. Nous avons donc pris la résolution de l’évacuer». Tel est le témoignage de Ouédraogo Inoussa, couturier qui réside au quartier Phare dans la commune de Port-Bouët. De sa maison, il ne reste qu’un pan. La mer furieuse a tout ravagé sur son passage dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 août dernier. La ruelle qui mène à sa maison a été barricadée par les habitants du quartier qui ont vécu un véritable calvaire cette nuit. Des dizaines de maisons construites le long de la plage du quartier Phare ont été détruites. Laissant des familles entières sans-abris depuis. Et d’importants biens matériels ont été emportés par les vagues furieuses. En attendant qu’une solution soit trouvée, les familles sinistrées logent chez des amis. De l’autre côté du quartier où les maisons ont été épargnées, la vie continue. Les habitants vaquent à leurs occupations quotidiennes. Malgré la présence d’une bannière rouge symbole du danger, des pêcheurs continuent de lancer leurs filets à l’eau. Pour l’heure, personne n’a l’intention d’évacuer ce quartier qui a pourtant vécu le même calvaire en 1997. « Où pouvons-nous aller ? », s’interroge Mme Adewumi qui réside dans le quartier depuis 20 ans. D’ailleurs, tous donnent une explication mystique à cette avancée de la mer. Pour eux, cela a été provoqué par des pêcheurs. En effet, ceux-ci auraient refusé de vendre la chair d’un dauphin à un jeune étudiant la semaine dernière. Pour la simple raison qu’une dame aurait déjà acheté l’animal. De la liqueur a été donnée en offrande aux dieux de la mer pour stopper son avancée. Alors que le pire est toujours à craindre. Les vagues encore menaçantes continuent de déferler dangereusement sur la plage, à quelques mètres des habitations.

Nimatoulaye Ba

Source : abidjan.net



Les Verts D'Europe        Le logo des Verts Mondiaux         Le logo des verts de France          FéPEV-RAO



Reproduction interdite du site

haut de page haut de page