Le Parti Ecologique Ivoirien


     par Gilbert Léonard

Agression islamophobe par deux nazillons



lundi 04 août 2008 -  par Gilbert Léonard
 


Nouredine RACHEDIOù sont les médias et les politiques français ?
Pourquoi cette affaire n'a pas fait la une des informations ?

Dans la nuit du jeudi 24 juillet 2008 au vendredi 25 juillet 2008, descendant du train Paris-Saint Quentin et devant rentrer à pied chez moi, je décide de couper par le parc de l’université. C'est alors que je croise sur ma route deux individus qui m’accostent pour me demander une cigarette. Je leur explique alors qu'il me sera difficile de leur en donner car il ne m'en reste presque plus. Le premier s’approche de moi et me demande si je suis musulman. Ce à quoi je réponds, oui . Il me demande ensuite depuis combien de temps je suis en France. Je lui réponds que je suis né en France et que j’y ai toujours vécu. Intrigué par ces questions, je lui demande pourquoi il veut savoir tout ça. Le second s’approche alors de moi et me répond "Parce que nous sommes des nazis". Il me demande ensuite ce que je pense de l’état de la Yougoslavie. Ce à quoi je lui réponds : "On ne se connaît pas, je suis fatigué, je veux rentrer chez moi. De toute façon, vous avez envie de me casser la gueule, c’est ça ? ". "C’est possible" me dit-il. "Mais que penses-tu de ce qui se passe en Yougoslavie ? ". Je réponds que je ne sais pas. Soudainement le premier d'entre eux me porte un coup de poing au visage. Je tombe à terre et là ils commencent à m'administrer une série de coups pieds sur l’ensemble du corps et de la tête. Je me protège comme je peux , en me recroquevillant sur moi-même, mes mains me couvrant la poitrine. L’action est très rapide. J’entends l’un d’entre eux déclarer : « C’est bon, on se casse ». Me relevant et craignant qu'ils ne reviennent je me rends en courant sur le boulevard Beethoven. Vu mon état je téléphone immédiatement aux pompiers qui une fois sur place me transporteront aux urgences.

Au bilan, j’ai deux plaies au crâne, sept points de suture, des hématomes au visage et dans le dos, et un pneumothorax traumatique (un poumon légèrement perforé par une côte). Les gestes usuels tels que s’asseoir, se relever ou s’allonger me demandent des efforts pénibles. Après examens à l’unité médico-légale des Yvelines, une incapacité totale de travail au sens pénal de 21 jours a été prononcée. Je me sens encore choqué par l’agression, je n’arrête pas d’y penser et de me repasser le film dans ma tête. Malgré mes peurs j'ai néanmoins porté plainte car je suis très attaché à ce que le caractère raciste de cette agression soit reconnu.

 

Nouredine RACHEDI

Nourdine RACHEDI

Expédié Lundi 4 Août 2008 22h53mn 52s par Gilbert Léonard

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page