Le Parti Ecologique Ivoirien



Guinée : Journée internationale de l’Ozone : La problématique de la protection de l’environnement en Guinée


mardi 16  sept 2008  par Neoleadership
 


A l’image des autres nations du monde, la Guinée a célébré, ce mardi 16 septembre, la journée internationale de l’Ozone. La cérémonie a été présidée par le ministère de l’environnement et du développement durable, du ministère de l’industrie et de l’artisanat. La célébration à été organisée par le département de tutelle en collaboration avec l’association Guinéenne du Froid AGF, le point Ozone Guinée du dit département. L a salle de conférence d’un hôtel de la place a servi de cadre au lancement de la célébration dudit journée. Le thème central de cette année est « Protocole de Montréal, un partenariat mondial pour des bienfaits mondiaux ».

Ont pris part à la cérémonie d’ouverture, le ministre de l’environnement et du développement durable Mr Papa Koly Kourouma, du représentant du ministre de développement industriel et de l’artisanat, du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, des directeurs des instituons de recherche en environnement en Guinée et plusieurs autres cadres des différents départements. Pour donner, deux discours ont été prononcé avant celui du ministre. Il s’agit du porte parole de l’association guinéenne du froid AGF et celui du porte parole du point Ozone Guinée. Dans ces deux discours, les portes paroles ont tous mi l’accent sur la nécessité pour le monde de protéger notre environnement qui est de plus en plus menacé de tous part.

« La résolution des problèmes énergétiques ne sera jamais sectoriel, mais il doit passer par une approche globale. C’est pourquoi, l’Association guinéenne du Froid veut impliquer tous les monde pour un changement de comportement afin de préserver l’environnement de vie »souligne Mr Kourouma, porte parole de l’AGF.

Pour sa part, le ministre de l’environnement et de développement durable a remercié les organisateur de la présente cérémonie. Il a pour la circonstance rappelé les contextes dans lesquelles le protocole de Montréal est né il y a quelques années. Le ministre Papa Koly Kourouma de préciser que :

« Le 16 septembre 1987 un groupez de 24 pays s’est réuni sous les auspices des nations Unies pour l’environnement pour signer le protocole de Montréal relatif à l’élimination des subsistances appauvrissant la couche d’ozone. Aujourd’hui, depuis 21 ans, les succès remportés par cet instrument juridique international, font du protocole l’accord multilatéral sur l’environnement le plus riche. La couche d’ozone est ce bouclier naturel qui protège notre planète contre les rayonnements ultraviolet nocifs du soleil, des rayonnements qui pourraient arrêter toute vie sur terre. La dégradation de la couche d’ozone a été prouvée par les scientifiques dans les années 70. Depuis, la communauté internationale a décidé de réagir en élaborant sous les auspices des Nations Unies pour l’environnement le protocole de Montréal qui souffle aujourd’hui ces 21 ans. » Toujours selon le ministre de l’environnement Papa Koly Kourouma, la Guinée a ratifié ce protocole de Montréal en juin 1992 et elle contribue dans la mesure du possible à protéger l’environnement. Pour ce faire, des quantités importantes de substances nuisibles ont été élimées par le passé.

Au compte de cette journée de célébration, plusieurs communication ont été faites, les unes aussi importantes que les autres. Les sous thèmes débattus sont entre autres :

Thèmes 1 : « La destruction de la couche d’ozone, le phénomène et ses conséquences, les mesures pour l’éviter. »

Thèmes 2 : « Le protocole de Montréal et les derniers amendements : état de la question et résultats des actions exécutées en guinée.

Thèmes 3 : Un exemple réussi de mise aux normes environnementales des installations frigorifiques, cas de CBG. Tous ses exposée de 30 mn chacun devraient être débattus par un spécialiste de la protection de l’environnement.

En Guinée selon le constat fait par des statistiques, l’environnement est hautement menacé par la production de déchets de toutes natures. La pollution de cet environnement est de différentes natures : pollution physique, pollution biologique, pollution atmosphérique, entre autres.

Et c’est pourquoi, le département en charge de l’environnement se donne pour mission de procéder à la protection de cet environnement en impliquant tous les acteurs concerné. Un véritable défi à relever pour le ministre Papa Koly Kourouma et ses cadres techniques, ainsi que les partenaires au développement de la Guinée.

Lansana A. Camara
Correspondant de www.nlsguinee.com à Dakar
E-mail : lansanaminata@yahoo.fr
Pour www.nlsguinee.com

Source : nlsguinee.com

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page