Le parti Ecologique Ivoirien



Comment l’attaque a été préparée

lundi 2 juillet 2007 par IvoireDiaspo


(le temps) Le Premier ministre a été victime d`un attentat manqué, vendredi dernier, à Bouaké. Voici comment l`attaque a été préparée. Les assaillants qui ont attenté à la vie du Premier ministre, Guillaume Soro ont savamment préparé leur coup. En effet, pendant quatre jours, ils ont séjourné à l`aéroport.

Ces derniers avaient le programme d`activité du chef du gouvernement à Bouaké. Ils suivaient les aller et venu de Guillaume Soro dans la capitale du centre. Prenaient le déjeuner, petit déjeuner et le dîner sur place. Selon les hommes du commandant Wattao interrogés, les personnes arrêtées ont fait ces révélations. Après l`attaque, on a pu découvrir des nattes, des assiettes et des restes de nourritures aux abords de l`aéroport. Des documents d`attaque ont été également saisis. Nos informateurs déclarent que les prisonniers ont révélé que l`attaque devait en principe avoir lieu à la veille du match des Eléphants de Côte d`Ivoire contre Madagascar. Parce qu`en ce moment, tout le staff de Soro serait au grand complet. Mais à entendre les suspects interrogés, cette option leur a été déconseillée. Simplement parce qu`une telle attaque aurait été un carnage. En plus, leur cible n`était pas la population. Mais Soro et ses hommes. Raison suffisante pour ajourner le coup. En remettant le couvert, les assaillants ambitionnaient faire exploser l`avion. Afin qu`il n`y ait point de survivants. Surtout qu`ils étaient informés de ce que le Premier ministre était accompagné de ses plus proches collaborateurs. complicité des Forces impartiales et des chefs de guerre. Des informations font état de ce que les assaillants étaient habillés en tenue civile. Ils avaient en terme de logistique à disposition au moins quatre 4x4. Selon nos informateurs, ils ont évoqué la complicité des Forces impartiales et des chefs de guerre. A ce niveau demeure des zones d`ombre : pourquoi les Forces d`interposition ont-elles posé leur avion sur la piste des atterrissages d`urgence ? Pourquoi n`ont-elles pas signalé la présence d`intrus à l`aéroport dont elles ont le contrôle. Pour des problèmes d`enquêtes, ils se sont refusés de donner les noms de ces chefs de guerre. Mais à Bouaké, les soupçons pèsent sur Shérif Ousmane et de Zackaria Koné. Quelques hommes de Shérif Ousmane estiment pour leur part que les gens veulent lui faire porter le chapeau. Et que leur patron est en ce moment à l`extérieur, précisément au Burkina Faso. Mais il ne tardera pas à regagner Bouaké. Afin de mettre fin aux rumeurs. Lors de leur interrogatoire, les prisonniers auraient dit avoir agi ainsi pour remettre en cause l`Accord de paix de Ouagadougou. Et que s`ils réussissaient leur coup, un nouveau chef allait prendre la tête du mouvement. Les personnes arrêtées qui ont la langue bien fourchue auraient indiqué qu`elles ont préparé le coup depuis la signature de l`Accord de Ouagadougou. Elles se sont entraînées pendant des semaines dans la forêt. Elles avaient des instructeurs blancs. Selon les témoignages recueillis, les assaillants avaient 24 heures pour réussir le coup. Dans leur plan, tous les chefs de guerre favorables à Soro devaient être éliminés. Même les personnalités de la société civile proches du Premier ministre. Le ministre Siriki Konaté ne dit pas le contraire. Il révèle que les Forces nouvelles ont découvert les sites sur lesquels, les gens se sont préparés. Wattao très remonté contre les Forces impartiales. A entendre le Commandant Wattao, le dispositif des Forces onusiennes à l`aéroport n`était pas clair. Parce qu`avant que l`avion ne vienne, à l`aide d`un hélico, ces forces ont fait un tour de reconnaissance. Wattao a indiqué que la mission des Forces nouvelles, consiste à s`occuper de la sécurité des autorités sur le tarmac. " Lorsque l`avion du Premier ministre est arrivé, il fonçait vers le tarmac. C`est à partir de là que nous avons entendu un coup de feu. Nous nous sommes dit que c`est l`avion qui a pris un coup. C`est au deuxième coup que nous avons su que c`était une attaque ", fait-il remarquer. Et de poursuivre : " nous nous sommes vite déployés vers l`avion. Il faut saluer les pilotes. Il a fallu leur courage et leur sérénité pour arriver vers le tarmac où nous avons pris position ". Le commandant Wattao fait-on savoir, est monté dans l`avion. Et il a mis le Premier ministre sur son dos. Avant de le mettre dans une voiture. Le Commandant Wattao lui-même soutient avec ses hommes qu`ils savent d`où viennent les armes utilisées pour mener l`attaque. " Nous avons fait des arrestations. Nous sommes en train de recouper les informations. Nous avançons. Ils ne vont pas échapper. Ils ne peuvent pas empêcher le processus de sortie de crise ", indique-t-il. Avant de porter les accusations contre l`ONUCI et la Licorne : " Nous accusons haut et fort les Forces onusiennes. Parce que nous ne pouvons pas comprendre pourquoi le dispositif français et le dispositif de l`ONUCI étaient à l`aéroport. Dès que les premiers coups sont partis, ils ont pris la tangente. Sans notre vigilance, l`avion allait exploser. C`est après que nous avons fini de sécuriser l`endroit qu`ils viennent. Nous les avons chassés". A partir de maintenant, les Forces nouvelles ont décidé d`assurer la sécurité de l`aéroport. Elles ne veulent plus voir les forces impartiales.

Yacouba Gbané

Les Verts D'Europe          Le logo des Verts Mondiaux          Le logo des verts de France              FéPEV-RAO



Reproduction interdite du site

haut de page haut de page