Le parti Ecologique Ivoirien







3 juillet , 2007

 Attentat manqué contre le Premier ministre La stratégie de Soro pour traquer les auteurs

Actualites
Général — Ivorian.Net

 Soir Info-3/7/2007

Le P.MIl a été procédé à plusieurs arrestations suite à l’attaque contre l’avion du Premier ministre ivoirien Guillaume Soro, à l’aéroport de Bouaké. Les premières enquêtes qui ont été menées sur les lieux du crime ont permis de découvrir trois sites où les tueurs étaient embusqués, ainsi que du matériel de guerre. Selon une source au sein des Forces nouvelles, que nous avons interrogée, les assaillants étaient non loin de la piste d’atterrissage. Mais jusqu’à samedi, les enquêteurs, rapporte notre source, n’étaient pas en mesure de prouver que les personnes arrêtées avaient un lien avéré et établi avec cet attentat. Le mystère est d’autant plus grand que même l’identité des assaillants est encore une boule de gomme. Si pour l’instant, les enquêtes ont du mal à avancer, les soupçons, toujours selon notre interlocuteur, sont dirigés vers des personnes au sein des Forces nouvelles qui, en réalité, n’ont jamais admis que leur leader Soro Guillaume ait accepté de signer un accord de paix avec Laurent Gbagbo. Ils accuseraient le Premier ministre de trahison. A ce sujet d’ailleurs, Konaté Sidiki, actuel ministre du Tourisme et homme de main du Premier ministre, a laissé entendre, le vendredi dernier, à Bouaké, que “ quand on parle de trahison, c’est qu’il y a eu échange. Or depuis deux mois, avons nous donné ou reçu quelque chose ? ” En tous cas, pour l’instant, les supputations vont bon train sur les auteurs et autres commanditaires de cette attaque qui donne une douche froide au processus de paix. Toutefois, la direction des Forces nouvelles n’entend pas classer cette affaire d’attentat sans suite. Le Premier ministre Soro, qui tient absolument à ce que la vérité éclate, n’exclut aucune piste pouvant conduire aux malfaiteurs. “ La seule chose que je demande, c’est que je veux que la vérité éclate. Je veux savoir ce qui s’est passé, qui l’a fait et pour quelle raison cela a été fait ”, a indiqué le Premier ministre, avant-hier dimanche 1 juillet, à Bouaké. Pour traquer donc les auteurs et autres commanditaires de cet attentat, Soro Guillaume a déjà concocté un premier plan qu’il entend justement mettre en œuvre. Il l’a d’ailleurs dévoilé au cours des échanges qu’il a eus avec une délégation du Rassemblement des républicains (Rdr) ce même dimanche. Il s’agit, en effet, de miser sur les recherches balistiques. C’est à dire, étudier le type d’arme utilisé par les terroristes, le mouvements des projectiles vers l’avion et surtout connaître leur provenance. A ce sujet, Soro a laissé entendre que “ la chance qu’on a, c’est que même d’une roquette, vous pouvez remonter au stock et à qui l’a vendu. Donc, on peut savoir tout cela. Ce n’est donc pas compliqué. ” Le Premier ministre a fait également savoir qu’il dispose d’un certain nombre d’informations qu’il compte également exploiter. Il a souligné, notamment, qu’ “on m’a montré une cassette où des gens ont filmé. Mais, ce sont des gens qui ont quasiment passé toute la nuit là bas, puisqu’il y avait des boîtes de sardine, du pain. Ils ont dormi pour attendre. Ce qu’ils ont fait m’a l’air d’être très professionnel, surtout qu’ils étaient embusqués. Il y avait même au-delà un endroit pour leur repli. Donc c’est quelque chose qui a certainement été étudié pendant longtemps ”. Sachant donc tout cela, Soro a confié, à son entourage, qu’il sollicitera des experts qui mèneront à l’aéroport de Bouaké, lieu du crime, une étude approfondie des sites où les agresseurs avaient pris position. Il sera question à ce niveau de déceler les mouvements de ces derniers et suivre leurs traces. Une autre stratégie consistera à renforcer la surveillance des frontières, de sorte que les assaillants ne puissent pas quitter la ville. Il faut rappeler que l’avion du Premier ministre, un Fokker 100, a été atteint par des rafales de kalachnikov et des tirs de roquettes qui ont troué sa carlingue sur le flanc droit, détruisant une partie de ses cabines arrosées de sang. 4 personnes de la délégation de Soro Guillaume ont été tuées et une dizaine d’autres blessées. Le Premier ministre, qui se rendait à Bouaké pour présider l’installation des magistrats dans le cadre des audiences foraines, a été épargné. La ville de Bouaké s’est remise du choc qu’elle a ressenti du fait de cette attaque. Le jour de l’attentat, dès que la nouvelle s’est répandue dans la ville, les transporteurs ont rangé leurs véhicules, les commerçants ont fermé boutiques et magasins. Les rues ont été immédiatement désertées. Mais quelques heures après, les mouvements de jeunes des Forces nouvelles (FN) ont organisé un meeting au centre ville, dans la perspective de faire baisser la tension. Les opérations de ratissage, à travers la ville, menées par des éléments des Forces nouvelles ont quelque peu rassuré les populations apeurées. Dans l’après-midi de vendredi, les activités ont repris et les populations ont vaqué à leurs occupations. Le lendemain samedi, la vie a repris son cours normal à Bouaké pendant que les véhicules surmontés d’armes automatiques et autres roquettes sillonnaient discrètement la ville, assurant ainsi la sécurité des populations et de leurs biens. Cet attentat, qui restera gravé pendant longtemps dans la mémoire des populations de Bouaké en particulier et dans celle des Ivoiriens en général, est au centre de toutes les conversations.

Alain BOUABRE

Source : ivorian.net




Les Verts D'Europe          Le logo des Verts Mondiaux          Le logo des verts de France              FéPEV-RAO



Reproduction interdite du site

haut de page haut de page