Le Parti Ecologique Ivoirien



Appel d'Anaky Kobena à "l'exemple Malgache" - Le Parti Ecologique Ivoirien prend position



vendredi 27 mars 2009 - Par connectionivoirienne.net



Bonjour Président,

Certes, nous ne nous  connaissons pas, mais nous avons entendu parler de l'un de que de l'autre.  Je n'avais pas compris le fondement de votre intervention à la télévision. Il a fallu que je lise les propos qui vous ont été attribués et que je lise votre déclaration parue dans l'Intelligent d'Abidjan pour que je vous suive.

Etre politicien ou faire de la politique, c'est aussi cela, s'avoir s'adresser à un grand frère, bien qu'en politique, le droit d'aînesse n'existe pas, si ce ne sont que les idées porteuses qui ne sont qu'à vendre pour toute une population qui sont privilégiées. Je ne vous ai jamais approché, mais sachez que je vous aime beaucoup pour votre franc parlé.

Faire de la politique, c'est privilégier l'Intérêt principal de la Nation. La Côte d'Ivoire sort d'un grand trouble et jusqu'aujourd'hui, il n'y a pas de réunification. Mais pouvons-nous aller aux élections sans réunification ? Ne serait-ce pas continuer à mettre la vie du peuple dans un désordre et la rendre misérable, puisque les élections auront été faites sans réunification, donc unité retrouvée. La pression des politiciens qui veulent aller très vite aux élections aurait été de pousser à la réunification du pays et au déploiement de l'administration sur tout le territoire. Pour cela, agir par des marches, faire des pressions tant sur le chef de l'Etat que sur le gouvernement ou employer d'autres méthodes qui sont les médias.

Mais dans un Etat, appeler à un désordre social, un soulèvement général, militaires compris, en droit et dans tous pays de droit, celui qui le  fait doit être arrêté, jugé et condamné. Et s'il y avait des morts ? Le principal accusé serait celui qui a lancé le mot d'ordre. Il doit rendre compte à la société.

Et le droit, existe-t-il en Côte d'Ivoire ? Quand un militaire commet un acte répréhensible et qu'il est arrêté, tous les autres militaires se lèvent et accusent le pouvoir d'abus. Quand c'est un policier, un avocat, un juge, un politicien, voir même un instituteur ou tout autre corps, c'est son corps qui se lève pour crier à la vindicte.

Alors, le droit en Côte d'Ivoire, c'est pour qui ? Pour le peuple uniquement, pour ces petits gens laissés à la dérive ? Ceux là même qui n'ont jamais eu la chance d'enter ou en politique ou dans l'administration de l'Etat et qui représente la grande masse ? Personne n'éduque le peuple au respect des droits, voir même les politiques  et encore plus les journalistes selon que le politicien de leur bord est à porte à faut avec l'autorité. Plus personne n'enseigne le droit, c'est le désordre au pays et cela fait mal à voir.

Si votre réaction était de pousser à un coup d'Etat, si j'étais chef de l'Etat, je vous aurais fait arrêter parce que ce serait pousser à l'insurrection.  Mais si c'est à la façon dont cela a été décrit par certains journaux qui disent que votre intention était de demander au peuple de se lever pour pousser à des élections très vite ou faire démissionner par la masse, le chef de l'Etat et son gouvernement, alors, en tant que politicien, vous êtes dans vos droits et vous arrêter pour cela serait un abus d'autorité. Il fallait bien l'expliquer. Quand on pousse au désordre, on reçoit soit même après le désordre et l'histoire l'a souvent pourtant démontré.

La DST, qui est un service de surveillance du territoire peut entendre quand il le veut dans ses locaux pour comprendre ses intentions, toutes personnes  qui demande une insurrection. Cela se fait et se voit dans tous les pays de droit, même en France. Mais alors !...

Certains journalistes disent que le directeur de la télévision serait dans le collimateur du pouvoir pour avoir fait rediffuser l'émission.  Que reprochons-nous à ce journaliste qui a fait son travail en vrai professionnaliste ? D'abord, c'est l'habitude et de surcroit, un journaliste est là pour montrer, ce que les gens ont dit en mal ou en bien, de rechercher la vérité ou de dénoncer. Son devoir est d'informer. Dans les pays de dictature, les journalistes qui font leur métier sans insulter sont emprisonnés et les bons, quand ils ressortent, ils recommencent. Ils ne font que leur travaille. Savoir le faire, c'est savoir ne pas avoir peur d'aller en prison. Le Directeur de la télévision, là, a fait son travail.

José BOVE dit et agit contre le droit dans l'intérêt de tous. Il prend ses responsabilités quand il faut aller en prison. Il n'y a pas d'Arro ! Savoir prendre ses responsabilités est la force d'un homme et encore plus d'un politicien.

Je vous admire, quand vous demandez à votre ministre de quitter le pouvoir. C'est un acte de vrais politiciens et de vrai opposant. Quand on ne partage pas les mêmes convictions qu'un groupe, on le quitte, sinon on est aussi comptable des méfaits du groupe. Serriez-vous suivis par ceux dont vous dites être de votre groupe ? Non ! Il y en a trop dedans qui sont si avide de pouvoir que vous comprendre, cela m'étonnerait. Trop de personnes haïssent tant le président GBAGBO, qu'ils confondent leur haine de la personne au droit et au bien être du peuple qu'ils ne peuvent voir.

Sachez président et honorable Anaki KOBENAN, que je comprends et suis avec votre franc parlé, mais faisons en sorte que cela n'apporte plus de trouble dans la vie de la population qui en a assez souffert comme cela. Ce courrier, je vous l'enverrais à votre adresse, mais comme je suis pour la transparence, je l'enverrais aussi aux quotidiens pour le peuple. 

Acceptez mes respects.

Pour le Parti Ecologique Ivoirien

Le président Edmond Edouard N'GOUAN

le Titre est de la Rédaction du JCI.net


Source : connectionivoirienne.net

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page