Tunisie Verte


logo-tunisieverte 

Communiqué de presse : 3ème anniversaire du parti « Tunisie Verte »

19 Avril 2004 – 19 Avril 2007

 

Depuis la remise de notre dossier de légalisation le 19 Avril 2004 au ministère de l’intérieur par une délégation mandatée par tous les membres fondateurs, trois ans déjà sont passés et nous rappelons que le ministère a toujours refusé de nous remettre notre récépissé de légalisation comme l’exige la loi c'est-à-dire 4 mois après le dépôt. Passant outre toutes les demandes et démarches de notre parti, soutenu par la société civile, pour se conformer à la loi et la Constitution, les services de ce ministère ont subitement légalisé le 3 Mars 2006 un faux parti vert.

 

Le faux parti a bénéficié, depuis sa fallacieuse création, d’une large couverture médiatique officielle, de soutien financier et d’un local. Actuellement moribond, il est abandonné par la majorité de son Bureau désigné (démissionnaire) après avoir découvert la supercherie. Dès le début du Hold-up politique sur notre parti, les membres fondateurs et le bureau, réunis le jour même, ont fixé un agenda de travail et des objectifs pour défendre légalement l’existence de « Tunisie Verte » et faire éviter à nos militants tout affrontement et provocations en vue de préserver nos forces.

 

Premièrement, nous avons entamé une large campagne de défense et d’information rapide et moderne. Avec le soutien sincère de toute l’opposition démocratique et nos amis les verts en Afrique et en Europe, nous avons réussi à placer notre parti au rang de partenaire politique avec qui il faut compter comme le soulignent tous les observateurs politiques sérieux.

 

Deuxièmement, nous avons axé notre travail vers les formations politiques, les associations et personnalités écologiques pour les sensibiliser à notre cause et leur faire connaître notre plateforme écologique et notre charte politique de défense de l’environnement.

 

Troisièmement, nous avons participé à plusieurs meetings politiques écologiques en Europe et à des rencontres des verts Euro-méditerranéens. Nous avons réussi à présenter et défendre démocratiquement, nos positions politiques écologiques sur toutes les questions et problèmes environnementaux et leurs conséquences en Afrique et dans le monde. Nous enregistrons avec grande satisfaction la reconnaissance officielle de notre parti « Tunisie Verte » par le parti vert européen au congrès de Genève en Octobre 2006. Cette reconnaissance n’a pas plu aux ennemis du parti « Tunisie Verte » et de la Démocratie dans notre pays et nous a exposés aux « foudres » du journal « Echourouk » proche du ministère de l’intérieur qui a dénigré dans un article « courageusement » provocateur (non signé) notre parti et son coordinateur national le 1/11/2006. Le dénigrement qui s’apparente à une mesure d’intimidation, n’a trouvé chez les verts tunisiens et la société civile que le mépris et plus de soutien et sympathie dans les milieux politiques envers notre parti.

 

A l’heure actuelle toute la planète est préoccupée par les conséquences graves du grand désastre écologique : les changements et réchauffement climatique sous l’effet de serre. Notre pays, l’Afrique et le monde sont menacés constamment par la désertification, les catastrophes naturelles, l’élévation du niveau de la mer, la rareté de nos réserves halieutiques, les atteintes de nos plages et cotes, les lourdes menaces sur nos ressources d’eau douce et leur biodiversité non préservée.

 

D’autres menaces de conséquence grave pèsent aussi sur le développement socio-économique et la vie des populations dans notre pays et en Afrique particulièrement. La pauvreté s’accompagne de conditions de vie exactement précaire et se traduit en de difficultés d’accès à la santé, l’éducation aussi qu’à la Démocratie et les droits de l’Homme. Et ce sont les plus pauvres qui subissent de plein fouet les effets de dégradations de l’environnement et l’épuisement des ressources naturelles. L’absence de la bonne gouvernance au service du développement durable aggrave toujours la précarité et la pauvreté. Actuellement, le nombre de chômeurs en Tunisie, qui se compte par centaines de milliers, surtout des jeunes et nouveaux diplômés, ne cesse d’augmenter.

 

Dernier objectif de notre agenda, c’est la mobilisation de tous les verts en Tunisie ainsi que le renforcement de nos relations avec la société civile et les partis de l’opposition démocratique. Nous allons consacrer tous nos efforts pour répondre à ces objectifs, afin de nous organiser mieux et démocratiquement pour la préparation de notre congrès constitutif.

 

Nous allons ouvrir un dialogue, le plus large possible, avec toutes les composantes de la société civile et coordonner nos actions durables pour l’aboutissement le plus rapide des réformes fondamentales qu’exige la situation politique de notre pays pour lui épargner les violences et la terreur des pays voisins.

 

VIVE LE PARTI « TUNISIE VERTE »

Pour une Démocratie véritable, un environnement sain et un développement durable

 

 

 

Le coordinateur national du parti « Tunisie Verte »

Abdelkader Zitouni


Les Verts D'Europe          Le logo des Verts Mondiaux          Le logo des verts de France              FéPEV-RAO


puceRetour à Accueil ouest Afrique


Reproduction interdite du site

haut de page haut de page