Le Parti Ecologique Ivoirien



  Pédophilie au sein de l’Eglise Les autorités de l’Eglise belge n’ont pas saisi l’ampleur du séisme


 Rejoignez-nous sur 

lundi 13 septembre 2010 Par ecolo.be


   Les écologistes ont suivi attentivement la conférence de presse du primat de l’Eglise belge consacrée au rapport de la commission Adriaenssens ce lundi matin. Comme beaucoup de Belges, catholiques et non catholiques, les écologistes étaient dans l’attente d’une réaction forte des autorités de l’Eglise belge. Pour Ecolo-Groen !, cette réaction n’est pas à la mesure de la gravité des faits révélés par le rapport Adriaenssens et manque d’engagements concrets. Par ailleurs des questions fondamentales sur la loi de silence et les rapports entre l’Eglise et la justice subsistent.

Les dernières révélations sur les faits de pédophilie commis au sein de l’Eglise catholique ces dernières décennies demandent une profonde introspection de l’Eglise belge. Pour Ecolo-Groen !, les réponses apportées ce jour par la voix de son primat sont insuffisantes voire inappropriées. Monseigneur Léonard a notamment préconisé la poursuite du travail d’une commission au sein de l’Eglise. Pour Ecolo-Groen !, ce n’est pas à l’Eglise de faire justice elle-même. Le statut de ces commissions internes à l’Eglise pose d’ailleurs question depuis leur établissement en 1999. Il est par contre indispensable que les autorités ecclésiales s’adressent aux services d’écoute et d’aide aux victimes – en tenant compte du vœux de ces dernières de rester anonymes ou pas- mis en place par les pouvoirs publics, et que ces services soient renforcés.

Les écologistes espèrent que la loi du silence a été définitivement brisée grâce à ces dernières révélations et encouragent les victimes qui le souhaiteraient à faire part de leurs témoignages auprès du pouvoir judiciaire.

Les autorités de l’Eglise belge doivent par ailleurs, sur base du rapport Adriaenssens et sur base de tous les nouveaux éléments qui pourraient être révélés, prendre toutes les mesures nécessaires pour écarter définitivement tous les prêtres coupables de délits sexuels de tout contact avec des mineurs. Un fond d’indemnisation des victimes, à charge de l’Eglise, doit également être constitué y compris pour des faits prescrits.

Enfin, les écologistes rappellent leur souhait d’instaurer une commission d’enquête parlementaire, comme proposé, entre autres, par le groupe de travail « Droits de l’Homme dans l’Eglise », non pas pour entendre les victimes des abus, ce qui ne relève pas de la mission du Parlement mais bien des professionnels de l’écoute et de la justice, afin de faire toute la lumière sur la loi du silence qui a régné au sein de l’Eglise catholique et sur les rapports entre l’Eglise et la Justice ces dernières décennies. Il est également nécessaire d’examiner dans le cadre de cette commission la manière dont la Justice a traité les dossiers de pédophilie au sein de l’Eglise.

 


Source : ecolo.be

Les Verts D'Europe  verts au parlement europeen       Le logo des verts de France  Ecolo   FéPEV-RAO     

Reproduction interdite du site

haut de page haut de page